Nous serons donc (avec Nicolas qui me rejoint sur place) à Chaumont à partir de dimanche (le 22) et ce pour une semaine. Nous avons la joie d’être invités à guider un des sept workshops se déroulant, comme chaque année, dans le cadre du festival.
Des workshops qui m’ont donné beaucoup de plaisir quand, à deux reprises, il y a une poignée d’années, j’ai pu y participer en tant qu’étudiant. Et j’imagine sans mal retrouver l’effervescence de ces temps de travail où, venant d’un peu partout et de manière volontaire, étudiants et «professionnels» se retrouvent durant plusieurs jours avec une envie réjouissante de produire ensemble du sens et des signes.
Petite amélioration — à mon sens — au sujet de ces workshops, il se déroulent cette année pendant le festival et non plus en amont ; l’occasion de pouvoir profiter sans attendre des expositions, en plus des festivités du soir proposées tout au long des quinze jours… (Autre changement dans le déroulement du festival, sa durée a été rabotée pour concentrer l’événement dans un temps plus intense et plus cohérent vis-à-vis des visiteurs qui s’y rendent, pour la quasi-totalité, uniquement durant le weekend d’ouverture, les samedi 28 et dimanche 29 mai cette année.)

Le programme complet en pdf ici.

Pour revenir aux workshops, les autres graphistes y participant sont Lust, Vier5, Grégory Ambos et Régis Tossetti, Thomas Huot-Marchand, Sacha Léopold et Thibaut Robin, Pinar & Viola.



Mis à part ça, Pérouges et les Gorges de l’Ain sont magnifiques.