Nous avons peint uniquement les dossiers, par souci de temps et parce que ce sont des parties bien visibles et en contact direct avec les usagers (histoire de donner envie de s’y assoir).
Nous avons choisi de peindre des motifs, pour parasiter le côté mastoc des structures, les rendre un peu plus légères. Chaque module reçoit un motif unique : cela donne un côté «pluriel» à l’installation, un peu moins monolithique de la sorte. Chaque peintre peut y trouver du plaisir et y mettre sa touche : on peut imaginer que de prochains modules (5 autres doivent être construits prochainement en principe) soient décorés par d'autres personnes, peut-être des enfants. Les contraintes à respecter seront juste de se limiter à la palette de 3 couleurs et de ne peindre que les 7 planches de dossiers.



Cette semaine on remet le couvert avec ces mêmes Etc, Pierre Tandille et l’indispensable Théo Mouzard, à Lauris pour la suite du chantier du Café Villageois.