Après le travail que nous menons toujours avec La Verrerie d’Alès (pôle national cirque, dans la région Occitanie également), collaborer dans la durée avec une autre institution culturelle est pour nous l’occasion de reposer l’ambition d’une complicité intellectuelle et esthétique entre artistes; entre pratiques de la scène et du texte et notre pratique graphique. C'est aussi l’opportunité de créer ici de l’image, de l’affiche, qui est de plus en plus explicitement notre support de prédilection.



Si l’affiche de saison n’est qu’un bout de la communication du CDN, c’est par elle que nous avons entamé notre travail de recherche. D’un long échange d’esquisses a émergé progressivement l’idée de travailler sur le corps, comme métaphore du travail, de l’engagement et du théâtre, des corps non pas sanctifiés mais des corps en action, des bras et des mains notamment, des gestes, qui nous parle de faire autant que de l’humain, d’intentions, de toucher. Et ces images de corps (recadrages de photographies) sont travaillés par le geste graphique, par une matière plastique, par des contreformes, et par le texte, écrit à la main. On n’invente rien, l’héritage de l’affiche polonaise et grapusienne est clair, mais par l’usage de l’outil numérique (typo manuscrite digitale, peinture retravaillée numériquement), nous tâchons de trouver une esthétique contemporaine, remuante et personnelle.



Des recherches d’images nous avons glissé à des recherches typographiques, avec le désir d’une épure, qui résonne avec le travail de Nathalie Garraud et Olivier Saccomano. Pour arriver à des mises en page noir et blanc, iconoclastes, économes en typographie, avec des pavés de texte confortables à lire (rarement on chahute aussi peu le texte), où le rythme est principalement impulsé par l’écriture manuscrite digitale. La typographie de labeur, l’Antigone, dessinée par nos soins, réunit des qualités venant des grotesques et des géométriques ce qui lui confère une originalité et en même temps un côté classique.



La collaboration s’est aussi portée sur le déroulé du programme, de manière à appuyer le plus justement possible la programmation qui se découpe par mois / artistes accueillis / sujets. C’est sur cette même idée que le site Internet a été construit, avec Waldeck Néel dès le départ en collaborateur très impliqué et développeur précieux.



Petit à petit, les différents objets graphiques prennent forme et l’identité visuelle s’affine, se renforce. Le programme de saison et le site Internet sont sortis au début de l’été, la papeterie se met en place, l’affiche de saison est arrivée en ville mi-septembre ainsi que les premiers programmes mensuels. En septembre nous passons trois jours à Montpellier pour participer au nouvel aménagement du hall d’accueil et à la signalétique extérieure, dans la dynamique de petites résidences au CDN à renouveler plusieurs fois par an.